Projets

crashtest-une-v2

Crash-test du pure player de la Ville de Rennes

Un atelier de crash-test, par le jeu, du projet de pure player d’information publique porté par la Ville de Rennes.

  • Client : Ville de Rennes
  • Période d’activités : Janvier 2018
  • Type : Atelier ludique de réflexion et débat
  • Casus Ludi : Conception, production et animation du format

Le contexte

La Ville de Rennes s’interroge sur le lancement d’un pure player d’information sur la vie publique de la Ville. Ce format, en ligne et à destination des smartphones en priorité, est un tournant dans la manière dont la collectivité informe les citoyens.

En amont du projet, de nombreuses réflexions accompagnent l’équipe en charge du projet : avons-nous une vision partagée entre-nous de ce que serait ce pure player ? Avons-nous vraiment défini ce nous souhaitons que le pure player soit ? Avons-nous bien cerné toutes les zones d’incertitudes et identifié les risques possibles ? Sommes-nous en phase avec
les réalités de l’écosystème local ?

Ce sont autant de questions de départ pour lancer atelier hautement participatif, coorganisé et co animé avec Ouest Medialab, qui a mis les différents acteurs du projet autour de la table pour une session de réflexion critique par le jeu. L’objectif est double : 1. (re)questionner le projet afin de challenger les fondamentaux pour en assurer la solidité ; 2. anticiper les problématiques émergentes auxquelles le pure player pourrait être confronté.

Notre proposition

Notre proposition d’intervention joue la carte du collaboratif et qui mêle le design de services à la prospective critique. À la manière d’un crash-test, nous avons proposé une session de
confrontation du projet à un ensemble de questions et de situations qui viennent mettre au défi les premières orientations et visions pour le pure player.

Pour faire passer le projet au crible de ses ambitions et de ses limites, le format d’atelier a joué la carte du ludique pour alterner entre projection et idéation ; avec des mises en situation fictionnelles et des scénarios prospectifs (design fiction).

Les différentes phases de jeu et de débat ont permis tour à tour de :
– Décrypter ses propres mythes : réinterroger les premières orientations afin d’éviter de s’imprégner des écueils tendanciels des innovations, de dépasser les copier/coller conscients ou non et aller vers des propositions qui se veulent “taillées sur mesure”, au plus près des besoins et des attentes des acteurs.

– Faire un pas de côté créatif pour s’approprier les nouveaux usages des médias numériques et défricher de nouvelles fonctionnalités ou perspectives à envisager pour le pure player. Il s’agira notamment de s’intéresser aux pratiques (existantes ou émergentes) qui refaçonnent la relation à l’information, au-delà de la simple question de l’usage.

– Passer le projet à l’épreuve des futurs et travailler sa résilience aux changements à venir : dès cette phase en amont, il s’agit d’anticiper les risques possibles, les transformations émergentes, les imprévus qui affectent l’écosystème dans lequel évolue le projet.

Au sortir de cet atelier, une synthèse des enseignements et un ensemble de préconisations actionnables sont venus outiller la Ville de Rennes pour ajuster et développer sa proposition de pure player d’information publique.